1er vice-président du COJAJ

Abdelkader ZOUKH – Wali d’Alger

La Capitale accueille la jeunesse africaine

 

Quelques semaines seulement nous séparent d’un grand rendez-vous continental : celui où se retrouvera la jeunesse sportive africaine, appelée à travers ces joutes auxquelles prendront part des milliers d’athlètes.

Le creuset de cette manifestation grandiose a pour nom Alger, Alger la blanche, Alger l’Africaine qui fût la Mecque des mouvements révolutionnaires qui prônaient la résistance pour arracher au joug de la colonisation barbare et à l’apartheid abject leur indépendance.

Pendant plus de deux semaines, en juillet prochain, nous nous honorons de compter nos amis et frères africains représentant 54 pays, dans nos murs, on prolongera cet instinct séculaire et spontané d’hospitalité et le meilleur accueil leur sera réservé, naturellement, tel que balisé par une pratique qui remonte aussi loin dans le temps, jusqu’à en perdre souvenance.

Alger se prépare à honorer ses illustres hôtes et à leur assurer les meilleurs conditions d’accueil, d’hébergement, de restauration, de transport, d’entrainement et de compétition, afin de tenter de parvenir à concrétiser leurs rêves : conquérir les plus hautes marches de la consécration sportive, objectif pour lequel ces athlètes en devenir aspirent légitiment à d’autres gloires, missions de titres et statut sportif privilégié. Et Alger sera indubitablement un jalon dans la progression des carrières et restera un souvenir impérissable pour les représentants de l’Afrique de demain dans les spécialités de football, natation, boxe, cyclisme, canoë-kayak, basketball, judo…bref, on répertoriera avec fierté la crème qui se distinguera dans les 35 disciplines qu’organisera la capitale algérienne, concomitamment avec les wilaya voisines de Blida et Tipaza.

J’imagine d’ici la folle ambiance qui enveloppera Alger et cet esprit de fraternité qui agglomérera davantage les liens entre la jeunesse africaine dans son ensemble, lorsque celle-ci aura apprécié son séjour parmi les algérois.

Le Wali d’Alger

Abdelkader ZOUKH